Péricardiocentèse

(Aussi appelée « ponction du péricarde » ou « ponction péricardique »)

Objet

La péricardiocentèse consiste à extraire le liquide accumulé dans le péricarde (membrane qui enveloppe le cœur) à l’aide d’une aiguille. On observe parfois une accumulation de liquide à l’intérieur du péricarde (épanchement péricardique). Si l’accumulation est importante, elle peut entraîner une pression sur le cœur (tamponnade péricardique) qui empêche celui-ci de pomper le sang normalement. En cas de tamponnade péricardique, le drainage du liquide doit être réalisé immédiatement. La péricardiocentèse est parfois réalisée en présence d’une faible accumulation de liquide pour tenter de repérer la cause de l’épanchement.

Description

  1. Le médecin explique le déroulement de l’intervention ainsi que les risques qui y sont associés et demande au patient de signer le formulaire de consentement éclairé.
  2. On procède à une échographie du cœur (échocardiographie) pour localiser l’accumulation la plus importante de liquide.
  3. En milieu stérile, on nettoie la poitrine du patient et on dispose des champs (draps) autour de sa poitrine en laissant une ouverture dans la région où la péricardiocentèse sera réalisée.
  4. On se sert d’un anesthésique local pour engourdir une petite région.
  5. On insère une aiguille dans la poitrine, puis dans le péricarde.
  6. On draine ensuite le liquide péricardique et on en transmet des échantillons au laboratoire pour analyse.
  7. Il arrive qu’on mette en place un cathéter (mince tube) pour poursuivre le drainage pendant quelques jours. Dans ce cas, un petit point de suture permet de maintenir le cathéter en place.
  8. Au moment du retrait de l’aiguille ou du cathéter, on applique un pansement au point de ponction.
  9. Une radiographie thoracique permet de vérifier qu’il n’y a aucune fuite d’air dans le thorax. On effectue parfois une nouvelle échocardiographie pour vérifier le bon drainage du liquide.

Risques associés à l’intervention

Les complications sont très rares. Parmi celles-ci figurent :

  • Un pneumothorax (fuite d’air autour des poumons) causé par la perforation du poumon par l’aiguille. Quelquefois, cette complication nécessite l’insertion d’un cathéter dans la cage thoracique pour permettre à l’air de s’échapper;
  • Un rythme cardiaque irrégulier engendré par un contact entre l’aiguille ou le cathéter et le cœur;
  • Des saignements causés par l’aiguille en cas de perforation du cœur ou d’un vaisseau sanguin. Dans ce cas, il faut parfois opérer pour réparer ces lésions;
  • Une infection dans la région où l’aiguille a été insérée;
  • Des lésions à un nerf, si celui-ci a été perforé par l’aiguille.