Greffe du cœur

Greffe du cœur

(Aussi appelée « transplantation cardiaque ») 

Objet

La greffe du cœur est une intervention chirurgicale qui consiste à remplacer le cœur gravement malade ou très endommagé d’une personne par un cœur en bonne santé provenant d’un donneur humain. On procède à la greffe s’il est impossible de traiter une insuffisance cardiaque congestive ou des lésions cardiaques au moyen de médicaments ou d’une autre intervention chirurgicale. La greffe est réservée aux personnes qui présentent un risque élevé de décès au cours de l’année ou des deux années à venir en raison de leur maladie du cœur.

Généralement, la greffe de cœur est envisagée dans deux types de cas. En premier lieu, en cas de lésions cardiaques irréversibles associées à une coronaropathie ayant entraîné des crises cardiaques graves (infarctus du myocarde). En second lieu, en cas de maladie du muscle cardiaque, ou cardiomyopathie, laquelle empêche le cœur de se contracter normalement à cause de lésions aux cellules musculaires. Plus rarement, d’autres formes de maladie du cœur exigent une greffe du cœur, comme les cardiopathies congénitales qui se caractérisent par des problèmes structuraux présents à la naissance.

Plusieurs risques sont associés à la greffe du cœur, y compris des complications pendant et après l’opération ainsi que le décès. Une équipe de médecins et d’autres professionnels de la santé évalue l’état de chacun des patients qui lui ont été orientés pour déterminer ceux qui pourraient profiter d’une greffe. Si un patient est admissible à une greffe du cœur, son nom est inscrit sur une liste d’attente nationale. Les patients y sont classés par ordre de priorité, en fonction de la gravité de leur état. Ainsi, les patients les plus malades reçoivent généralement un greffon en priorité.

Description

  1. Avant l’intervention, on effectue un grand nombre d’examens.
  2. Un membre du personnel infirmier ou un médecin demande au patient de signer le formulaire de consentement éclairé, faute de quoi l’intervention ne peut avoir lieu.
  3. Le patient subit une anesthésie générale et demeure ainsi inconscient durant l’intervention.
  4. Le patient est emmené sur civière à la salle d’opération cardiaque.
  5. Le chirurgien pratique une incision au niveau du thorax du patient puis procède à la découpe du sternum pour accéder au cœur.
  6. Les vaisseaux sanguins du cœur sont reliés à un appareil de circulation extracorporelle, aussi appelé « cœur-poumon artificiel », lequel pompe le sang dans l’organisme du patient pendant l’opération.
  7. Une fois l’appareil en marche, on retire le cœur de la poitrine du patient.
  8. Les chirurgiens relient alors le cœur du donneur aux principaux vaisseaux et aux tissus cardiaques restants du patient.
  9. Si le nouveau cœur ne se remet pas à battre automatiquement, on applique une petite impulsion électrique pour le mettre en marche. Toutes les incisions sont ensuite refermées.
  10. Le patient demeure à l’Unité de soins intensifs en chirurgie cardiaque (USICC) jusqu’à ce que son état permette de le transférer dans une chambre de soins ordinaires. Après l’opération et pour le reste de sa vie, le patient devra prendre des médicaments antirejet.
  11. La durée moyenne du séjour à l’hôpital à la suite d’une greffe du cœur est de 14 jours.

Directives aux patients

Il est important que les patients en attente d’une greffe du cœur soient rapidement joignables, par exemple au moyen d’un téléphone cellulaire ou d’un téléavertisseur. Il est possible qu’on demande aux patients qui résident loin de l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa de prévoir un logement dans la région d’Ottawa en attendant leur greffe.

RENSEIGNEMENTS SUPPLÉMENTAIRES

Les greffés du cœur doivent prendre différents médicaments, dont certains pour le reste de leur vie. Ceux-ci comprennent :

  • un immunodépresseur, soit un médicament qui supprime la réponse immunitaire naturelle du corps, laquelle risquerait de causer des lésions au nouveau cœur;
  • des antibiotiques, des antiviraux et des fongicides pour combattre les infections, car la réponse immunitaire des patients greffés est atténuée par les immunodépresseurs;
  • des médicaments visant à prévenir la coronaropathie et à réguler la tension artérielle.

À la suite de la greffe du cœur, des analyses sanguines et des prélèvements de tissus (biopsies) cardiaques sont réalisés régulièrement pour surveiller les signes de rejet du greffon. Il est important d’éviter au maximum l’exposition aux germes à l’origine de maladies, car le système immunitaire du patient n’est plus aussi efficace qu’avant la greffe.

Pour de plus amples renseignements, consulter le Guide à l'intention des patients sur la transplantation cardiaque.