La marche nordique : des bienfaits durables pour les patients cardiaques

juin 2022

Des chercheurs comparant les effets durables des exercices de réadaptation cardiovasculaire chez les personnes atteintes de la maladie coronarienne ont conclu que la marche nordique procure des bienfaits additionnels pour la santé.
Des chercheurs comparant les effets durables des exercices de réadaptation cardiovasculaire chez les personnes atteintes de la maladie coronarienne ont conclu que la marche nordique procure des bienfaits additionnels pour la santé.

Tous les types d’exercice sont bons, et mieux vaut en faire un peu que pas du tout, mais la marche nordique serait particulièrement bénéfique, indique une étude.

On savait déjà que la réadaptation cardiovasculaire et l’exercice en général améliorent la santé des personnes cardiaques. Jusqu’à maintenant par contre, on ignorait si les améliorations se maintenaient une fois le programme de réadaptation terminé.

Des chercheurs comparant les effets durables des exercices de réadaptation cardiovasculaire chez les personnes atteintes de la maladie coronarienne ont conclu que la marche nordique procure des bienfaits additionnels pour la santé.

« Statistiquement et cliniquement supérieure »

Jennifer Reed, Ph.D., est directrice du Laboratoire de physiologie de l’exercice et de santé cardiovasculaire à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa (ICUO). Elle est l’auteure d’une étude récente indiquant que la marche nordique est « statistiquement et cliniquement supérieure » à l’entraînement par intervalles à haute intensité (EIHI) et à l’entraînement continu à intensité modérée à élevée (ECIME) pour ce qui est d’augmenter la capacité fonctionnelle des personnes atteintes de la maladie coronarienne dans le cadre d’un programme de réadaptation cardiaque.

Jennifer Reed, Ph.D., Laboratoire de physiologie de l’exercice et de santé cardiovasculaire, Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa.

Au Laboratoire de physiologie de l’exercice et de santé cardiovasculaire de l’ICUO, Jennifer Reed et son équipe mènent des recherches cliniques dans les domaines de la science de l’exercice, de la réadaptation cardiovasculaire, de la prévention et de la santé des femmes. La chercheuse s’intéresse entre autres à la prise en charge et au traitement des arythmies par l’exercice, aux nouvelles stratégies d’entraînement pour les femmes atteintes d’une maladie cardiovasculaire et aux interventions en milieu de travail pour améliorer la santé cardiovasculaire.

Tasuku Terada, chercheur-boursier de niveau postdoctoral sous la supervision de Jennifer Reed à l’ICUO, a depuis publié une étude de suivi (en anglais) arrivant à des conclusions similaires, mais portant sur la durabilité des effets de l’exercice au fil du temps.  

Lorsqu’on les compare directement, on voit que l’EIHI, l’ECIME et la marche nordique ont des effets prolongés similaires sur la qualité de vie (en général et par rapport à la maladie) et les symptômes de dépression. Toutefois, la marche nordique s’est ici encore avérée supérieure pour ce qui est de l’amélioration prolongée de la capacité fonctionnelle.

La « capacité fonctionnelle » désigne la capacité d’une personne de réaliser des tâches physiques. Il s’agit d’un important facteur prédictif d’événements cardiovasculaires futurs.

« Notre étude est novatrice, parce qu’elle est la première à comparer simultanément les effets durables de différents programmes d’exercices faciles à intégrer au quotidien, explique Tasuku Terada. Nos conclusions peuvent avoir un impact sur les soins en offrant aux patients différentes options d’exercice selon leurs goûts et leurs besoins. »

- Tasuku Terada, chercheur-boursier, ICUO

« Les préférences des patients devraient être prises en compte. »

Si l’activité physique est vraiment ce qui se rapproche le plus d’une pilule miracle pour la santé (article en anglais seulement), les professionnels de la santé pourraient prescrire la marche nordique aux personnes atteintes de la maladie coronarienne. Tasuku Terada et Jennifer Reed s’entendent toutefois pour dire que « tous les types d’exercice sont bons, et mieux vaut en faire un peu que pas du tout ».

Tasuku Terada, Laboratoire de physiologie de l’exercice et de santé cardiovasculaire, Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa.

Tasuku Terada a étudié différentes approches pour maximiser les effets bénéfiques de l’exercice sur la santé cardiovasculaire, dont l’entraînement par intervalles à haute intensité et l’exercice à jeun. Ses recherches futures porteront sur le rôle de l’exercice pour contrer l’apparition ou l’aggravation d’affections chroniques comme l’obésité et le diabète, et les risques associés à ces affections.

Même si les patients sont encouragés à maintenir un mode de vie actif une fois leur programme d’exercices de réadaptation cardiovasculaire terminée, peu d’entre eux adhèrent à un entraînement structuré, et le niveau d’engagement dans l’activité physique diminue considérablement dans l’année suivant la fin du programme.

« Nous voulons voir plus de patients participer à la réadaptation cardiovasculaire et intégrer l’activité physique à leur quotidien, explique Tasuku Terada. L’activité physique est la chose la plus efficace qu’on puisse faire pour améliorer sa santé globale. »

En ce qui concerne la prescription d’exercices pour la réadaptation cardiovasculaire, Tasuku Terada, Jennifer Reed et leurs collaborateurs concluent : « Les préférences des patients devraient être prises en compte. »

Qu’est-ce que la marche nordique au juste?

La marche nordique est une forme de marche qui utilise toutes les parties du corps. Elle se pratique à l’aide de bâtons de marche qui ressemblent à des bâtons de ski.

La marche nordique : un exercice à faible impact qui travaille tout le corps et convient à tout le monde.
La technique est simple : on marche en poussant fermement contre le sol avec les bâtons, en alternant. Pendant la poussée, on lâche le bâton, puis on le ramène vers l’avant grâce à la dragonne, en se propulsant avec la jambe avant. Il est important, dans cette technique du « serrer/relâcher », de garder les bras détendus et les bâtons derrière soi. 

La marche nordique sollicite les muscles du tronc, des bras et des jambes tout en réduisant le stress sur les genoux, ce qui pourrait expliquer, selon Tasuku Terada, pourquoi elle a entraîné une plus grande amélioration de la capacité fonctionnelle chez les participants à l’étude.

La marche nordique est supérieure à la marche ordinaire pour ce qui est de la consommation d’oxygène, la dépense énergétique et la réponse du rythme cardiaque.

C’est un exercice à faible impact qui convient aux personnes de tous âges et de toutes les conditions physiques. Polyvalente, elle se pratique sur tous les terrains propices à la marche, dans tous les climats et à tout moment de l’année.

Bâtons de marche nordique.
Il y a deux types de bâtons de marche nordique : monobrins à taille fixe (différentes tailles sont offertes) ou télescopiques et ajustables. Les bâtons à taille fixe sont plus solides et plus légers que les bâtons ajustables, mais doivent être choisis en fonction de la taille de l’utilisateur. Les bâtons ajustables sont plus faciles à transporter.


Merci à nos donateurs et organismes subventionnaires d’avoir rendu cette recherche possible.

Les auteurs tiennent à souligner l’appui financier des organismes et programmes suivants : Fonds d’innovation pour les plans de diversification des modes de financement des centres hospitaliers universitaires du ministère de la Santé de l’Ontario; Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada; bourse de recherche des Instituts de recherche en santé du Canada; bourse de recherche Jan et Ian Craig en prévention et réadaptation à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa.

Restez au cœur de l’action

Ce genre de contenu vous plaît? Inscrivez-vous à notre liste d’envoi pour le recevoir directement par courriel!